Gênes urinaires : causes et conseils

Les gênes urinaires sont le plus souvent liées à des infections urinaires. Elles touchent majoritairement les femmes mais, bien que peu fréquentes, les hommes peuvent en souffrir et cela peut cacher des problèmes plus sévères de reins et ou de prostate. 

Une femme sur deux est sujette à des infections urinaires qui sont essentiellement dues à une bactérie de type Escherichia Coli provenant des intestins, qui se fixe et prolifère dans la vessie.  

Quels symptômes ?

Tout d’abord il ne faut pas confondre la cystalgie et la cystite. Même si les symptômes sont sensiblement les mêmes, la première n’est pas lié à une infection bactérienne contrairement à la seconde. 

Toutes deux débutent brutalement par des douleurs dans le bas ventre, une envie d’uriner très fréquente et des brûlures lors de la miction. La cystite peut aussi s’accompagner d’urine troubles et tachées de sang. Pour cette dernière on peut également avoir de la fièvre et il est alors indispensable de consulter pour ne pas passer à côté d’une infection des reins.

Au sein même de la cystite on distingue également les cystites aiguës qui nécessitent la prise d’antibiotiques et les cystites récidivantes (plus de 3 ou 4 fois par an) qui doivent faire l’objet d’examens médicaux plus poussés.

Quelques conseils de prévention

Pour limiter les risques d’infections urinaires, quelques règles d’hygiènes sont à appliquer. 

Après avoir uriné il convient de s’essuyer d’avant en arrière afin d’éviter de faire entrer la bactérie intestinal dans la vessie.

Lors de la toilette intime, l’utilisation de gants et serviettes distincts du reste du corps est recommandée. 

En période menstruelle , il sera préférable d’avoir recours aux serviettes hygiéniques plutôt qu’aux tampons. 

La lingerie synthétique et les pantalons trop serrés sont à éviter.

Enfin, après les rapports, il faut aller uriner pour évacuer les éventuelles bactéries.

Niveau alimentation aussi, il y a une liste d’aliments assez longue à réduire : les viandes grasses, l'oseille, la rhubarbe, les asperges, le cresson, les poireaux, les prunes, la salade, les épinards, les tomates, mais aussi les sucreries et les laitages… et côté boissons : l’alcool notamment le vin blanc, le café, le thé. Le tabac est aussi un facteur aggravant. Il convient aussi de boire beaucoup d’eau tout au long de la journée.

Ces quelques conseils de prévention ne suffisent malheureusement pas toujours à éviter l’infection. Des solutions naturelles existent et sont de plus en plus plébiscitées. 

La phytothérapie contre les infections urinaires

La phytothérapie est une bonne solution pour lutter contre les infections urinaires. Quelques noms de plantes sont à retenir pour leurs actions bénéfiques sur les gênes urinaires : la canneberge, l’aubier de tilleul, la busserole …

Des cures régulières sont recommandées pour prévenir des risques d’infections. 

GOA santé propose des gélules Urinaire +, contenant d’une part, de la busserole, de l'hibiscus et du chiendent pour une action rapide assainissante et drainante, favorisant l’élimination rénale et d’autre part, de la bruyère, de la rhodiole, du cranberry et de la propolis pour des effets similaires mais dans la durée. 

En conclusion, nous vous conseillons de ne pas négliger les gênes urinaires surtout si elles sont fréquentes, des solutions existent, il serait dommage de se laisser gâcher la vie !